Vinyles vs Numérique en 20 points

Comme je suis de formation scientifique, et que je constate un regain de ventes de tout ce qui concerne les Vinyles, je suis assez perturbé.

Un Vinyle peut-il donner un meilleur son que son équivalent numérique?

Je propose de sortir des éléments passionnels et de se concentrer sur les éléments factuels!

Imaginons deux systèmes:

système 1 (le mien)

support FLAC – NAS – freebox – wifi – chromecast audio – cable optique optique – dac/amp – enceintes

système 2

support vinyle – platine disque – préampli phono – (dac/)amp – enceintes

Dans le système 1, chaque bit du support FLAC est transmis sans perte et sans erreur jusqu’au dac/amp et restitué sur les enceintes, de la même façon, même si je recommence 500 fois. La qualité de restitution repose donc uniquement sur la qualité du DAC, la suite (ampli et enceintes) étant la même pour le système 2.

Pour le système 2, prenons les éléments un par un :

(toutes ces informations sont extraites des sites dont j’ai listé les adresses en bas, je n’en suis pas l’auteur, je les ai juste compilées. Chaque citation est précédée du code [x] qui indique son origine en bas de la page)

1- le support vinyle : d’origine numérique!

[1] « l’immense majorité des vinyles produits aujourd’hui, chez MPO comme ailleurs, provient de fichiers numériques. 95 % sont gravés à partir de fichiers numériques au format .wav (non compressé) envoyés par les artistes ou les maisons de disques, et environ 4,9 % de CD. Le 0,1 % restant est pressé à partir de bandes analogiques. »

Bref, à la base, 99,9% des vinyles sont pressés à partir d’une source numérique.

Un vinyle peut-il alors être meilleur que sa source numérique?

2- le support vinyle : il faut modifier le son pour que ce soit écoutable!

[2] « Les fréquences basses, si elles sont puissantes et avec un effet stéréo, doivent être recentrées pour éviter de faire exploser le diamant de la cellule. »

[3] « Cependant, si on gravait le disque sans correction RIAA, les reliefs larges correspondant aux sons les plus graves seraient trop larges pour tenir dans le sillon, tandis que les reliefs les plus fins correspondant aux sons les plus aigus seraient si fins que leur reproduction par la cellule serait noyée dans le bruit de fond du vinyle dont est fait le disque, et que l’on ne les entendrait plus. »

[4] « Le Mastering est la première étape de la fabrication des disques vinyles. Les fichiers numériques sont transformés en fichiers analogiques selon un procédé lors duquel chaque sonorité doit être retravaillée : les aigus sont renforcés pour éviter leur dissolution et les graves sont maîtrisés pour réduire leur effet stéréo. Ce processus complexe, qui se doit de respecter chaque sonorité, est réalisé par des ingénieurs du son, selon la courbe RIAA (Recording Industry Association of America) ; elle opère comme une norme qui établit et corrige les variations d’amplitudes afin de standardiser le processus. »

[6] « Vous devez vous assurer d’avoir un mastering spécialement conçu pour une gravure sur vinyle Nous vous invitons à faire appel à un ingénieur du son pour cette opération. »

[7] « Cela veut dire qu’on est capable, à partir du fichier sonore fourni par les clients, de dire comment va sonner le vinyle avant même qu’on l’ait fabriqué. On renvoie alors un commentaire au client en mentionnant les améliorations qui peuvent être apportées au fichier sonore. »

Bref, pour presser un vinyle, on doit bidouiller le son original, il y a risque de dégradation du son.

3- le support vinyle : l’usure des masters!

[2] « Un master en aluminium permet de presser 400 disques environ, puis doit être remplacé. La qualité des 100 premiers et des 100 derniers n’est pas garantie ».

[4]  » Un jeu de stampers permet de réaliser en moyenne entre 1 000 à 1 500 vinyles. »

[4] « D’ordre général, les 50 premiers vinyles sur un tirage de 300 ne sont pas conservés, en raison de leur manque de qualité sonore. Il est fort probable qu’avec les tensions fortes sur le marché du vinyle ce chiffre de 50 soit en réalité inférieur. »

[5] « En règle générale, les 50 premiers exemplaires de pressage sont exclus de la chaîne de fabrication, tu imagines, les premières presses à la poubelle ! »

Bref, si votre vinyle n’est pas entre 100 et 300, il y a risque de dégradation du son. Jusqu’à 1 vinyle sur 2 tout de même!

4- le support vinyle : une vérification humaine des micro détails!

[3] « On obtient donc des disques en alu recouvert de vernis bien dur, cependant un contrôle manuel doit être réalisé afin de faire le tri et noter toute imperfection (bosses dues à trop de laque, creux, bavures .. etc). »

[3] « Durant la gravure et en commençant par un sillon d’essai à l’extrémité du disque (en cercle), l’ingénieur contrôle à l’aide du microscope qu’il soit bien gravé et effectue des réglages. »

[7] « Il n’y a pas d’école pour fabriquer des disques vinyles : nettoyer ses moules, repérer visuellement quand il y a un défaut sur le disque, savoir pourquoi un disque peut être déformé, etc. Tout ça il faut l’apprendre et le comprendre. »

Bref, des imperfections existent et un contrôle manuel est nécessaire. S’il en reste, il y a risque de dégradation du son.

5- le support vinyle : la tenue du support!

[5] « Et oui, la matière, même si elle vient d’être fraîchement pressée, travaille ! Elle a besoin d’une mise en “quarantaine” avant l’expédition. »

[9] « Placez vos albums à la verticale et conservez les dans un endroit frais et sec. Évitez au maximum de les poser à plat ou de les entasser les uns sur les autres. Ceci pourrait causer une déformation de vos disques au fil du temps. Il est important de laisser respirer vos albums et de ne pas les presser les uns contre les autres. »

[16] « Au-delà de 180gr, le disque devient « cassant » et donc très fragile. En deçà de 120 grammes, l’usure du sillon à l’utilisation est considérablement plus rapide. »

Vous en avez eu aussi des vinyles gondolés, ou bien d’autres qui ont bougé au fil du temps…

Il y a donc maintenant des vinyles 180gr qui sont plus stables que les autres.

Si la stabilité du matériau du vinyle n’est pas fixe dans le temps, il y a risque de dégradation du son.

6- le support vinyle : l’usure dans le temps!

[9] « L’état de la cellule peut impacter l’usure des disques vinyle. Assurez-vous que le diamant (partie de la cellule en contact avec le sillon) reste propre. »

[12] « Un mauvais réglage (de l’azimut) provoque un déséquilibre important entre les canaux et surtout une usure plus rapide du sillon. »

Au fur et à mesure du passage du disque sur votre platine, le support s’use et il y a (risque de) dégradation du son.

7- le support vinyle : la nécessité de nettoyer ses vinyles!

[8] « Ah les fameux crépitements du vinyle… ils peuvent être très présents à l’écoute, voir inaudibles. Les raisons de ces bruits qui agaçaient à l’époque le grand public, sont peu nombreuses et au nombre de deux. »

[8] « Difficile par la suite, en tant que collectionneur, d’écouter la musique gravée sans bruit parasite car de nos jours le vinyle n’est plus un support « roi » mais destiné à un marché réduit certes porteur, et à une clientèle exigeante. La poussière et l’humidité accumulées représentent la seconde cause, l’ensemble forme un résidu collant et incrusté au fond des microsillons qu’il est facile de retirer avec des laveuses à vinyles, comme nous l’avons vu lors de notre précédent article, cela afin d’augmenter le rendu sonore et « purifier » le son. »

[8] « Cependant les rayures et les plus réduites, que l’on observera au microscope de poche ou plus professionnel, généreront des craquements à l’écoute, c’est inéluctable. « 

[9] « Si vous cherchez à obtenir une clarté acoustique irréprochable, un système semi-professionnel de nettoyage est un investissement envisageable. Un disque abîmé ne pourra pas retrouver son état d’origine. Un disque neuf n’est pas obligatoirement propre. Pensez à nettoyer vos albums avant la première écoute. »

[10] « Le disque vinyle est un support exigeant : s’il n’est pas propre (saleté, poussière etc), il entravera le plaisir d’écoute ou pire, abîmera la pointe de lecture de votre tourne disque. »

Mauvais réglages, rayures, poussières et humidité : il y a (risque de) dégradation du son.

8- la platine vinyle : l’influence du châssis sur la qualité du son

[11] « Premier prix, le plastique (forte résonance, et sonne creux) => métal (plus lourd et meilleur isolant niveau résonance) => bois (idéal, absorbe tout bruit parasite, lourd enfin cela dépend du bois). »

[12] « Mais le premier de tous consiste à placer la platine vinyle parfaitement à l’horizontale à l’aide d’un niveau à bulle. C’est le prérequis indispensable au bon déroulement de la lecture des disques. »

9- la platine vinyle : l’influence des pieds sur la qualité du son

[11] « Pieds en caoutchouc, réglables ou non, ils permettent d’isoler la platine contre toute vibration extérieure … »

10- la platine vinyle : l’influence du plateau sur la qualité du son

[11] « Il a pour but principal de « supporter » le disque, mais de par son inertie et masse, le plateau sert également à lisser les variations de vitesse (maintenir la vitesse constante en quelques sortes) et à absorber les vibrations engendrées par le frottement du diamant/stylet….Il est primordial que celui-ci soit bien plan, ne présente aucun défaut, et qu’il ne soit pas voilé. »

11- la platine vinyle : l’influence du tapis sur la qualité du son

[11] « Le tapis, qui peut-être en caoutchouc, liège ou feutre, permet de bien maintenir le disque en place et éviter que celui-ci ne glisse pas du plateau (ce qui engendrerait des différences sensibles de rotation, nommées « pleurage »). »

12- la platine vinyle : l’influence de l’axe du plateau/moteur sur la qualité du son

[11] « L’inconvénient par contre, est que si le moteur n’est pas isolé correctement que ce soit électriquement ou mécaniquement (cela dépend du type de fixation, certains sont « suspendus ») du châssis, la tête de lecture en s’approchant de l’axe, pourrait détecter tout bruit parasite éventuel. »

13- la platine vinyle : l’influence du bras sur la qualité du son

[11] « Le bras est un élément crucial pour la lecture correcte du disque, il est la pièce qui permettra de maintenir le diamant correctement dans les microsillons. »

[12] « Le réglage de la platine vinyle est très important pour obtenir une qualité de lecture optimale. Il concerne plus précisément les deux éléments distincts qui constituent l’organe de lecture : la cellule et le bras de lecture. »

14- la platine vinyle : l’influence du contrepoids sur la qualité du son

[11] « Il permet de régler la force de suivi au bout de l’aiguille (la pression verticale). La force d’appui doit être très précise, c’est TRES important pour la qualité de son et d’éviter d’endommager votre stylet et vos disques. »

[12] « une force d’appui trop faible est plus dommageable pour le disque qu’une force d’appui trop élevée. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’avec une force d’appui trop faible, la pointe de lecture est amenée à sautiller dans le sillon, occasionnant des dégâts irrémédiables à chaque rebond. »

15- la platine vinyle : l’influence de anti skating sur la qualité du son

[11] « Sans un bon réglage de l’anti-patinage, vos sillons peuvent s’user plus vite sur un seul côté causant ainsi un son beaucoup plus bas et léger sur un des deux haut-parleurs. »

16- la platine vinyle : l’influence de la cellule sur la qualité du son

[12] « L’azimut est l’angle entre la surface du disque (horizontal) et l’axe (vertical) de la pointe de lecture, vue de face. Ce réglage est très important puisqu’il conditionne l’équilibre entre les canaux ainsi que la distorsion et joue également un rôle dans l’usure du sillon. »

[12] « Le réglage idéal (A) (du zénith) présente la pointe tangente au sillon. En cas de très mauvais réglage (B), on peut percevoir un déphasage préjudiciable à l’image stéréo. »

[13] « Grâce à un gabarit d’alignement, vous allez pouvoir vous assurer que la cellule est parfaitement alignée sur la tangente du sillon. Ce réglage correspond à l’avancement d’une cellule, ou « overhang » »

17- la platine vinyle : l’influence de la pointe de lecture sur la qualité du son

[14] « Le diamant idéal devrait avoir une forme identique au burin qui grave le sillon. Mais c’est impossible, car votre vinyle serait inutilisable après une seule écoute… Aussi, deux grands groupes de diamants cohabitent, aux côtés d’autres plus confidentiels : les pointes de forme sphérique (ou conique) et celles de forme elliptique. Les diamants sphériques proposent une surface de contact avec le disque qui est plus conséquente : l’usure du disque est ainsi réduite par rapport à l’utilisation d’une pointe elliptique. Plus compliquée à réaliser et donc plus coûteuse, cette dernière assure un niveau de distorsion plus faible (particulièrement dans le haut du spectre), et donc une sonorité plus raffinée (plus fine). La bande passante est aussi plus large. C’est pourquoi la plupart des utilisateurs « audiophiles » se tournent vers elle… Ce qui n’est pas le cas des collectionneurs purs et durs, qui font passer la conservation de leurs précieuses galettes avant la qualité de restitution, qui reste sommes toutes parfaitement honorable. »

[14] « Le diamant est quasiment le seul élément qui s’use dans une cellule phono. Au bout d’un certain temps (variable de 800 à 2000h selon votre utilisation, la force d’appui…), la sonorité commencera à se détériorer petit à petit. Vous perdrez en définition, les micro-informations deviendront lointaines… »

18- la platine vinyle : la palanquée des outils de réglage

[15] « Les vinylistes le savent bien, le réglage d’une platine vinyle est primordial pour bénéficier d’une qualité d’écoute optimale. De nombreux outils de réglage existent pour vous aider à installer la platine de manière parfaitement horizontale, monter correctement la cellule sur le porte-cellule, contrôler la vitesse de rotation du plateau ou ajuster de manière très précise la force d’appui de la tête de lecture sur le disque. »

19- la platine vinyle : l’influence du préamplificateur phono sur la qualité du son

[13] « Le rôle du préampli phono est de prendre en charge les signaux sonores provenant d’une cellule qui sont très bas. C’est donc pour cette raison qu’adapter son préampli phono en fonction de sa cellule est essentiel pour obtenir la meilleure restitution possible. »

CONCLUSION

Donc, si je trouve un vinyle:

– en 180gr

– dont le master n’a pas subi trop de corrections RIAA

– dont le master a été vérifié méticuleusement

– qui a été pressé au milieu de sa série

– qui a été stocké verticalement

– qui n’a jamais été joué et que je viens de nettoyer

et que je le passe sur ma platine vinyle:

– dont le chassis de qualité avec des pieds en caoutchouc est de niveau

– dont le plateau est massif et sans défaut

– dont le tapis est de qualité

– dont l’axe moteur est isolé et la vitesse parfaitement constante

– dont le bras est parfaitement réglé (hauteur, contre poids et anti skating)

– dont la cellule est parfaitement réglée (azimut, zénith et avancement)

– avec un diamant audiophile neuf

– et un préamplificateur phono qui lui correspond parfaitement

alors j’ai une chance de m’approcher de la qualité du son original numérique!

C’est ça? j’ai bon?

20- j’avais dit 20 points, non?

Pour ceux qui ont des vinyles qui sonnent mieux que leur équivalent CD (ça arrive notamment quand le CD est produit à partir d’un master pourri, comme Daft Punk Ram [17]), il y a toujours la possibilité de numériser la sortie de votre platine vinyle sur votre PC en FLAC…

J’ai fait ça un jour avec une K7 pour sauver un enregistrement personnel introuvable ailleurs.

Et pour finir, la sauvegarde des vinyles précieux se fait en numérique [18]!

——————————

Notes et références:

Pour le fun et pour commencer, une playlist Youtube de tous les réglages nécessaires pour une platine Vinyle :

https://youtube.com/playlist?list=PL0ZjPeadgBuM3HyK7Y_SWitjoxwP3ug-K

1: Parfois trop cher, ou de mauvaise qualité… Le vinyle ne tourne plus très rond – Musiques – Télérama.fr

https://www.telerama.fr/musique/le-vinyle-ne-tourne-plus-tres-rond,161200.php

2: texte reproduit de mémoire dont je suis quasi sûr qu’il a été expurgé dans l’article [1] où il est indiqué : « Publié le 31/07/2017. Mis à jour le 01/02/2018 à 09h01. ». Si vous le retrouvez merci de me le dire.

3: DOSSIER La fabrication des disques vinyles – Mes disques vinyles

http://www.mesdisquesvinyles.com/dossier-la-fabrication-des-disques-vinyles/

4: Tout savoir sur la fabrication des disques vinyles – Comment ça marche?

https://waxbuyers.club/fabrication-des-disques-vinyles/

5: Comment est fabriqué un disque vinyle ? – Mister Galette

https://mistergalette.com/le-vinyle/comment-est-fabrique-un-disque-vinyle/

6: Les différentes étapes de la fabrication de votre projet vinyl.

http://www.presse-vinyle.com/disque-vinyle/fabrication-d-un-disque-vinyle

7: Le pressage de disques vinyles – Interview d’Antoine, co-fondateur de M Com’ Musique – Le blog maPlatine.com

https://www.maplatine.com/blog/pressage-disques-vinyles-interview-m-com-musique/

8: Contrôler l’état des disques vinyles DOSSIER – Mes disques vinyles

http://www.mesdisquesvinyles.com/controler-letat-des-disques-vinyles-dossier/

9: Comment bien nettoyer ses disques vinyle 33, 45 et 78 T ?

https://www.son-video.com/guide/comment-nettoyer-ses-disques-vinyle

10: Nettoyer un vinyle: comment nettoyer ses vinyles sans machine – VINYLE ACTU

https://www.vinyle-actu.fr/nettoyer-vinyle/

11: Anatomie d’une platine vinyle DOSSIER – Mes disques vinyles

http://www.mesdisquesvinyles.com/anatomie-dune-platine-vinyle-dossier/

12: Comment bien régler sa platine vinyle, la cellule et le bras

https://www.son-video.com/guide/bien-regler-sa-platine-vinyle

13: Comment bien régler sa platine vinyle ? – maPlatine.com

https://www.maplatine.com/fr/content/240-comment-bien-regler-sa-platine-vinyle-

14: Comment bien choisir sa cellule Phono ? – Conseils Cellules – Cobra.fr

https://www.cobra.fr/comment-bien-choisir-sa-cellule-phono–p-43959

15: Outils de réglage pour platine vinyle bras cellule phono

https://www.son-video.com/rayon/vinyle/accessoires-vinyle/outils-de-reglage

16: Les différents types de disques vinyles – Wax Buyers Club

https://waxbuyers.club/les-differents-types-de-disques-vinyles/

17: Qualités sonores du vinyle : les pointes sur les i – Les Numériques

https://www.lesnumeriques.com/audio/qualites-sonores-vinyle-pointes-sur-i-a3023.html

18: Au coeur de Manhattan, des vinyles, par millions, pour l’histoire

https://www.la-croix.com/Culture/Au-coeur-Manhattan-vinyles-millions-histoire-2019-09-21-1301049038

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*